PRESSE


Cette page ne concerne QUE les sculptures sur chaises .

Couverture du guide pour la culture de Berlin: MIMOSA EXTRA

Traduction d’un article paru dans le « Mimosa » guide pour l’art et la
culture été 2005 de Berlin écrit par Katharina Helwia historienne et
critique d’art.

Coup de projecteur sur CLAUDIE BASTIDE ou
« La Merveilleuse Emancipation des Chaises »
La chaise omniprésente et essentielle dans le langage et le quotidien
domestique a toujours été une pièce de mobilier prête à nous servir.
Assujettie à l’homme, elle a, par ses décorations fastueuses, amplifié
la gloire des puissants, supporté les gros et les maigres dans les
églises, les cuisines , les cafés.
Pour économiser de la place, on pouvait la plier et le design pouvait la
rendre méconnaissable.
Qu’elle soit isolée ou en attente dans un intérieur de Van Gogh.
décorée de graisse comme chez Beuys ou membre de la famille
comme dans le « Sitzgruppe Capricorne » de Max Ernst,
on la retrouve toujours en état de subordination
Et voici qu’apparaît Claudie Bastide pour la libérer du poids pesant
de l’homme, pour lui enlever son aspect de chaise vide et en attente.
Elle transforme la chaise en un narrateur porteur d’un message riche
en imagination et en rêverie; bref, elle lui offre sa personnalité propre.
En outre, les éléments constitutifs de la chaise : bras, pieds, dos ont
anticipé linguistiquement son émancipation ! Sa proximité avec les
parties du corps les plus intimes en fait le plus discret confident de la
personne assise .Elle relie le postérieur à la pensée
Grâce à ses quatre pieds solides comme des piliers, elle devient une
sorte de médium qui favorise la connexion avec la sphère spirituelle.
Chez Claudie Bastide la chaise devient le lien entre matière et esprit.

Catalogue de la FONDATION TAYLOR à Paris
Magazine UNIVERS DES ARTS

Magazine ARTENSION

NUIT DE LA POESIE à l’ESPACE CARDIN

Texte lu par l’actrice Marie-Christine Barrault à La Nuit de la Poésie le 22 mai 2006

Claudie Bastide nous offre comme décor de cette soirée quelques-unes de ses chaises , sculptures-personnages tirées de son imaginaire.

« Elles se parlent entre elles , celles qu’elle appelle Belle de Nuit, Julie La Rousse , le Poète , La Tête dans les Nuages …et se racontent des histoires avec l’accent des cigales , habillées de couleurs ludiques , coiffées d’un sourire intérieur . » comme l’écrit Judith Bizet . »

« Si Miro célébrait les noces de la poésie et de la peinture , Claudie Bastide célèbre en plus celles de l’humour lyrique et de la sculpture surréaliste avec une pointe de naïf érotique.

Claudie Bastide travaille comme un poète, avec la plus belle des grammaires , celle du coeur qui pour elle s’appelle : palette ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :